SMA : un essai clinique pour démontrer l'intérêt de l'exercice physique (ExerASI)

08/03/2016

Selon les résultats d'une étude réalisée sur une population de modèles murins (souris de laboratoire) atteints d'amyotrophie spinale, il semble que l'exercice physique régulier procure des bénéfices thérapeutiques (cf. l'article “Long-term exercise-specific neuroprotection in spinal muscular atrophy-like mice”, publié le 27/02/2016 dans "The Journal of Physiology"). . C'est pourquoi, à partir de cette démonstration, un essai clinique libellé ExerASI, incluant une trentaine d'enfants SMA âgés de 5 à 10 ans, est en cours de réalisation à Paris (Hôpital de Garches / Université Paris Descartes) afin d'évaluer les bénéfices (ou non) de la pratique d'exercices physiques réguliers par des patients SMA (description technique de l'étude ExerASI ici).

 

 

L'étude réalisée à l'origine sur les souris SMA avait mis en évidence l'intérêt de la pratique sur une longue période d'exercices physiques, en orientant ces exercices d'une part sur la natation et d'autre part sur la course à pied. Les chercheurs ont ainsi démontré que ces exercices réguliers apportaient des bénéfices significatifs en termes de résistance musculaire, de métabolisme, d'énergie, de moindre fatigue musculaire et de comportement des fonctions motrices. Natation et course à pied sont des exercices complémentaires qui n'agissent pas sur les mêmes zones de fibres musculaires (les motoneurones concernés sont différents).  

 

Olivier BIONDI (Université de Paris Descartes), principal reponsable de ces recherches, indique que ces études modifient grandement le point de vue des cliniciens à l'égard de la pratique de l'exercice physique pour les patients SMA car jusqu'à présent, on considérait au contraire qu'il fallait éviter l'exercice physique pour préserver les muscles des patients.

 

L'essai clinique en cours (ExerASI - NCT02061189) a débuté au printemps 2014 à l'Université de Paris Descartes (investigateur principal : Hôpital de Garches / sponsor : Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) et se poursuivra jusqu'en février 2017. Les 30 enfants SMA concernés par l'essai ont été répartis en deux groupes :

- le premier groupe de 20 enfants fait l'objet d'un suivi observationnel au travers d'une analyse  des fonctions motrices réalisée sur une plateforme d'expérimentation équipée de capteurs 3D.

- le second groupe de 10 enfants fait l'objet du même suivi observationnel, mais il est en plus soumis à un entraînement physique intense (natation) sur une période de six mois.

 

contacts :

Brigitte ESTOURNET, MD, brigitte.estournet@rpc.aphp.fr

Olivier BIONDI, PHD, olivier.biondi@parisdescartes.frcontact

 

 

Please reload